Macron président !

Des citoyens de gauche comme de droite, issus de toute la France, désireux non pas de battre un parti au profit d'un autre, mais de servir leur pays, s'engagent pour le redressement national.

Emmanuel Macron

Pour le redressement national, Macron président !

Trop, c'est trop : ras-le-bol de l'immobilisme et du sectarisme ! De déclarations en déclarations, Emmanuel Macron est devenu le héraut inespéré d'une politique de redressement national.

Il s'en est pris au carcan des trente-cinq heures, et le voilà qui propose d'assouplir les rigidités du marché du travail.

Il ouvre, en fait, la voie vers une société de libertés : accroissement des responsabilités offertes à chacun, réhabilitation de la négociation au sein des entreprisses, nouvelles perspectives d'emploi...

Faut-il énumérer, outre les trois cent huit articles de sa loi pour la croissance, l'activité et l'égalité des chances économiques, les plus notables de ses déclarations rompant avec l'immobilisme et le sectarisme ?

En octobre 2013, dans un entretien à Mediapart, il invite à « revisiter un des réflexes de la gauche, selon lequel l'entreprise est le lieu de la lutte des classes et d'un désalignement profond d'intérêts » ; constant que « la société statutaire où tout sera prévu va inexorablement disparaître », il appelle à réagir en conséquence, afin de donner « la possibilité aux individus de faire face, même aux coups durs ».

En janvier 2015, dans un entretien aux Échos, tandis que les professionnels de la politique se satisfont manifestement du chômage de masse, incitant la population à la résignation, il déclare qu'« il faut des jeunes Français qui aient envie de devenir milliardaires ».

En juillet 2015, dans un entretien à l'hebdomadaire Le 1, il observe qu'« il y a dans le processus démocratique et dans son fonctionnement un absent » ; « dans la politique française », explique-t-il, « cet absent est la figure du roi » dont il « pense fondamentalement que le peuple français n'a pas voulu la mort ».

Sans parler de sa dernière sortie, aussi courageuse qu'inattendue, sur le statut de la fonction publique...

Bravo, mille fois bravo ! Des ministres ont été écartés pour bien moins que cela. La démagogie passéiste n'est plus supportable. Si l'on veut sauver la France du désastre, il faut s'appuyer sur Macron. Si l'on veut dépasser les clivages partisans, cela peut se faire avec l'aide de Macron.

Nous appelons à ce qu'il reste au gouvernement, qu'il en prenne même la direction, puis qu'il succède au président de la République à la tête de l'État. Ce serait "le" signal positif, indispensable, pour enfin changer durablement de cap, revenir à des positions saines pour toute la France.

Pour la France, Macron président !